La 5ème desperate housewife

Ma vie de 5ème desperate Housewife

27 août 2007

Larguer les amarres et prendre le large !

10 heures du matin en gare de Châtelet. Assise depuis de longues minutes, j’attends le RER qui se fait désirer ! Je tue le temps comme je peux, on observant un SDF qui fait les poubelles ! Scène qui n’est pas rare, mais qui impressionne toujours. Au bout de quelques minutes, il en sort un journal et un sandwich kahinadéjà bien entamé et pourri. Sans se poser la moindre question sur la provenance et la durée de vie des aliments, il l’avale. Au même moment, un couple s’installe près de moi, fermement décidé à ne pas se lâcher d’une langue semelle…Tout de même, ils devraient éviter ces débordements d’affection de bon matin.

C’est un monde assez particulier les transports en commun, on se bouscule croise, on s’observe, on se parle ("pardon, ce train dessert-il la gare de Nanterre ?") et la plupart du temps on se rencontre sans se voir. Et c’est sans s’en rendre compte que vous et moi formons ce monde le temps d’un trajet.

C’est justement dans l’un de mes innombrables trajets que j’avais rencontré, il y a seulement 6 mois, un jeune con homme ! Une rencontre pour le moins inattendue, charmante et pleine d'illusions de promesses ! Moi qui étais persuadée que mes prochaines relations seraient purement d’ordre virtuelle (meetic et compagnie…), j’avais du mal à réaliser ! La rencontre était totalement enivrante  (ivre : 4 mojitos dans le sang) et ainsi après s’être bousculés, observés, parlés, regardés sans se voir, nous décidions d’échanger nos numéros, de nous revoir et même de nous fréquenter !
Les deux premiers jours mois furent comme dans un conte de fée, mais très vite notre relation s’est essoufflée. Après quelques sandwiches
restaurants, quelques compliments  ("putain ton boule est rare" "Tu es d’une beauté rare" ; "Mais pourquoi n'avons nous pas couché plus tôt on ne s’est pas rencontrés plus tôt"), le charme s'était rompu. Suivirent 250 lapins, 400 prises de tête, des tromperies en veux-tu en voilà, des bobards à répétitions et cette lassitude qui use sans remord un couple déjà fragilisé par ses difficultés de communication (compréhension). OK ok ok, il m'a trompée avec je ne sais combien de filles.

C’est alors que les restos ont laissé place aux coups de lapin, les compliments aux phrases assassines, la fierté d’être accrochée à son bras aux RDV clandestins, nos engueulades conversations à de véritables crises diplomatique. Ce sont des choses qui arrivent me direz-vous ? Sûrement, mais cela m’empêche pas d’y croire et d’être blessée…


Retour dans le RER. Décrochant mon regard du couple, qui, je l’espère ne s’étouffera pas durant ses longs et langoureux baisers en apnée, mon attention se porte sur l’arrivée d’un jeune homme, le même rencontré il a six mois auparavant et quelques stations plus loin. Tous les deux surpris, il me raconte une histoire abracadadrante sortie tout droit de son imagination débortante. Ecoutez plutôt :" Je sors d’une soirée bien arrosée
avec mon nouveau coup organisée par l’une des mes collègues, nous avons couché jusqu'a pas d'heure je n'ai pas vu l'heure, donc j'ai dormi chez elle à même le sol dans son lit..." Collègue, soit dit en passant fraîchement débarquée de Bretagne et qui ne connaît personne sur Paris, ce qui ne l'empêche pas d’organiser une immense fête ! Tétanisée par sa présence et par son récit, j’écoute sans broncher, gardant du mieux que je peux mon sang froid. Alors qu'il m'embrasse tendrement, je réponds à ses 'je t’aime' avec la même hypocrisie qu’il empreinte. Nous nous quittons en faisant mine de vouloir nous retrouver le plus rapidement possible. Mais il était évident que notre histoire prenait fin là même où elle avait commencé : la même ligne mais pour d’autres circonstances.

Tout de même, il faut que je pense à essayer le métro, pour voir si les passagesr sont plus verts de l'autre côté de la barrière. Comme quoi, il n’y a pas que des agressions et des émeutes dans les transports en commun. Des belles histoires bidons peuvent naître et prendre aussi fin, comme un train qui arrive au terminus...

Posté par Angelina Jolie à 15:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]

24 août 2007

Reine des Lapins

insmnieJ’ai passé une nuit blanche ! Non non pas celle de Bertrand Delanoë, vous n’y êtes pas ! Une nuit blanche (fin blanche il faisait bien sombre dans ma chambre) affreuse. Et pendant ce temps là, quelque part dans Paris, une autre personne aussi en passait une… avec 4 grammes d’alcool dans le sang, et entourée de nanas !

Vous avez deviné de quelle personne il s’agit ? Le connard qui fait la pluie et le beau temps dans ma vie depuis déjà 6 mois.

orangesfrbouyguesPrenant mon rôle de petite amie au sérieux, je décide de lui passer un coup de fil afin de lui souhaiter une bonne nuit. En vain, je tombe inlassablement sur son répondeur. Mais fermement décidée à ne pas en rester là, je me lance dans une course téléphonique dont seul mon forfait à le secret ! Epuisée et ne lâchant pas le morceau fil, c'est après  400 appels, qu’enfin une jolie voix de pute fille me répond pour me raccrocher au nez aussitôt !

Je me suis jamais sentie aussi proche de Ségolène Royal. Toujours décidée à ne pas me laisser avoir faire, j’entame les 540 coups de fils suivants. Au bout du 6 657 ème appel, il se décide enfin à me répondre !

En pleine Au bord de la crise de nerfs, je lui fais un grand serment sur les mépris sentiments que je lui porte et lui annonce que mon petit cœur ne pourra pas survivre à tant de perturbations.

En guise de réponse j’ai le droit à cette phrase qui peut à elle seule exterminer tout un champ de fleurs bleues :

« ce n’est pas mon problème tes problèmes d’insomnie ».


Tombant de mon lit haut, je réalisais avec effroi que, comme le père Noël, le prince charmant non plus n’existe pas.

C’est dans ces moments là que je regrette que Ségolène Royal n’ait pas accédé au poste suprême ! Car qui mieux qu’une femme trompée peut comprendre une autre femme larguée ! Je suis sûre qu’elle aurait mené avec une grande fermenté un plan Marshall afin de vaincre ce fléau qu’est le célibat ! 

Ca sent le sapin et le chômage sentimental…

C’était la mi casée ni casée !

Posté par Angelina Jolie à 13:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 août 2007

Belle fille moche

Jeune femme en forme (cellulite incrustée), brune aux cheveux indomptables (sauf brushing de quatre heures) et à faible poitrine, recherche prince de Lu (avec beaucoup de chocolat please).

377prince


Bonjour à tous et merci d’avoir choisi mon blog pour vous divertir ! Ne vous attendez pas à être à la page sur des sujets d’actualité politique, économique et autres… n’espérez pas non plus sortir moins bêtes après lecture des mes péripéties existentielles, malheureusement je n’ai pas cette capacité prétention. Ce n’est pas la fille de Francoise Sagan ou de PPDA qui s’exprime, pour autant, faites que cela ne vous empêche pas de prendre du plaisir à me déchiffrer lire !

Pour être franche je ne sais pas par où commencer ! Je fais probablement partie de ces personnes banales, persuadées que leur existence est extraordinaire et qu’il faut absolument la vanter raconter ! Il est d’ailleurs certain que le récit de ma vie trouverait comme seule intéressée une étudiante en 1 ère année de sociologie en quête de réponse sur un phénomène sociétal qu’est le célibat. A peine commencé que déjà je culpabilise à contribuer à l’inondation du net de sites et autres blogs, qui de mon point de vue (mon opinion n’engage que moi), n’apporte aucun intérêt. Aucun intérêt, sauf peut-être celui de trouver (ou essayer) une raison à mon existence sur le net ou sur meestic et autres sites de drague qui ne fonctionnent pas...pour certaine. oups, je crois que je fais partie de ces certaines.


Enfin avant de rentrer dans le vif du sujet, je demande la plus grande indulgence aux extrémistes de la langue française ou l’académie des lettres (Qui j’en suis sûre, une fois l’existence de mes écrits connus, portera plainte auprès des autorités adéquates). Armez-vous également de patience et de tolérance, afin de ne pas être choqué du ton familier que je peux employer. Etes-vous prêts à faire cet effort ?

Si c’est le cas, je vous fais part de ma motivation : elle est purement égoïste ! J’ai perdu un être cher (non ce n’est pas un petit ami) et depuis, je peine à faire ce deuil impossible. En plein dans Au bord de la dépression, décidée à combattre cette maladie invisible, j’ai entamé (je vous l’accorde, depuis peu) une thérapie auprès d’un des meilleurs psykelkechose de la capitale.

Son cabinet est situé dMojitoans mon quartier préféré :à Bastille ! Quartier où est situé mon bar préféré (comme c’est bizarre) ! Chez Pierrot le martiniquais qui fait les meilleurs mojitos du monde ! Ok de paris ... ok ok qui fait des mojitos.

Je crois que le choix de mon psy répond plus à des attentes géographiques plus qu'à des problèmes psychologiques (à 50 mètres de chez Pierrot) ! Non, non je n’ai pas de problèmes avec l’alccol ! C’est normal qu’après une dure séance de communication avec soi-même (mon psy parlant très peu sauf pour me dire bonjour ou à la semaine prochaine), un ou deux douze mojitos chez mon ami Pierrot s’imposent ! Bref la seule prétention de ce blog est de raconter mon existence à travers de simples mots! De simples mots qui je l’espère soulageront mes maux…. Rendez-vous prochainement pour une présentation plus explicite !

destin_lisa

Posté par Angelina Jolie à 20:08 - Commentaires [9] - Permalien [#]